T- T+

La Médaille militaire de Jean Moulin

Le 8 juillet 1943 disparaissait Jean Moulin, en gare de Metz, des suites de la torture et des mauvais traitements qui lui ont été infligés. Surnommé « le chef du peuple de la nuit », il est le symbole de la Résistance française.

Témoignage émouvant de ce héros national, la Médaille Militaire de Jean Moulin est aujourd’hui conservée au musée de la Légion d’honneur. Le décret qui l’accompagne résume à lui-seul ses faits d’armes : « Organisateur et unificateur de la Résistance, exemple d’indomptable courage, modèle rayonnant de sagesse et de cœur, inspirateur exaltant d’espérant. A commandé en chef devant l’occupant. Tombé le 21 juin 1943 aux mains de l’ennemi, qui l’a torturé et assassiné. (…) Héros légendaire sous les pseudonymes de Rex, Régis, Max. Appartient désormais à l’histoire et à la vénération du pays sous son vrai nom, Jean Moulin ».

Licencié de droit, Jean Moulin est en 1925, à Albertville, le plus jeune sous-préfet de France puis en 1937 à Rodez le plus jeune préfet. Membre du cabinet de Pierre Cot, ministre de l’Air, il fait ses premières expériences de la clandestinité en approvisionnant secrètement les républicains espagnols.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, il est préfet de l’Eure-et-Loir à Chartres. Il s’y distingue une première fois en demeurant à son poste et en accueillant les réfugiés puis en refusant de signer un témoignage déshonorant des soldats français. En novembre 1940, il est révoqué par Vichy comme préfet de gauche. En septembre 1941, il rejoint Londres et rencontre Charles de Gaulle, qui, très vite convaincu de ses capacités, lui confie la mission de rallier et d'unir les mouvements de résistance en métropole et de créer une Armée secrète en séparant le militaire du politique.  

Français
image: