T- T+

Insigne primitif de l’ordre du Bain

Insigne primitif de chevalier du Bain - 2ème moitié du XVIIè siècle Or - émaux et perle - Collection Ambassadeur Antonio B. Spada, Inv. 30

 

Le 18 mai 1725, le roi George Ier instituait le «très honorable ordre du Bain» sur les conseils de son Premier Ministre Robert Walpole afin d’ouvrir le système de récompense de la couronne, l’ordre de la Jarretière étant limité à 25 chevaliers.

Le choix de sa dénomination évoque la cérémonie médiévale du bain, rituel qui faisait partie de la préparation du futur chevalier avant l'adoubement. Le bain était accompagné d’une vigile de prières afin de purifier le corps et l'âme du novice. Sous le règne du roi Henry IV, plusieurs «chevaliers du Bain» furent nommés à l’occasion du couronnement du Monarque sans que cela ne constitue un ordre institué.

Cette tradition se perpétua et des insignes furent même offerts aux chevaliers à partir du couronnement de Charles Ier, en 1635. 75 bijoux furent ensuite commandés à l’orfèvre de la Cour, Sir Robert Vyner, à l’occasion du couronnement de Charles II en 1661. Seuls trois de ces bijoux semblent avoir survécu: l’un est exposé dans les collections royales britanniques, les deux autres au musée de la Légion d’honneur, dans la collection Spada. Un quatrième Insigne primitif de chevalier du Bain, vraisemblablement commandé pour le sacre de Georges III et Mary II en 1689, est également conservé dans les collections royales britanniques.

Ce bijou en or émaillé de vert contient trois couronnes entourées de la devise: «Tria juncta in uno» (littéralement «trois joints en une»). Il symbolise l'union des couronnes de l'Angleterre, de l'Écosse et de la France, puis après l'abandon du titre de roi de France en 1802, de l'Angleterre, de l'Écosse et de l'Irlande.

A l’institution de l’ordre en 1725, la même trame fut reprise pour l’insigne. Seul un chardon compléta la rose entre les couronnes.

En 1815 le Prince Régent (futur roi Georges IV) transforma l’ordre du Bain, strictement militaire à sa création, en ordre de mérite de trois classes (compagnon, commandeur et grand-croix), complété d’une division civile. Un insigne spécifique fut créé par la suite pour la division militaire : une croix de Malte pommetée, anglée du lion britannique avec en son centre les trois couronnes entourées de la devise.

Le statut actuel de l’ordre prévoit 120 chevaliers et dames grand'croix (GCB), 295 chevaliers et dames commandeurs (KCB et DCB), et 1 455 compagnons (CB). Le nombre peut être augmenté en temps de guerre. Le souverain actuel de l’ordre est la reine Elizabeth II, et le grand maître, le prince de Galles, son fils. Les femmes sont admises dans l'ordre depuis 1971.

Extrêmement rare, cet insigne primitif témoigne de l’art de la joaillerie en Angleterre à la fin du XVIIe siècle. Il est aujourd’hui exposé dans la salle des ordres étrangers du musée.