T- T+

Les Alliés dans la guerre des nations

Eugène Burnand

Série de 104 portraits peints entre 1917 et 1921

Série de portraits de soldats peints entre 1917 et 1921 par le Suisse Eugène Burnand Les Alliés dans la guerre des nations est l’un des trésors du musée de la Légion d’honneur (trésor mis actuellement à l’honneur aux côtés des décorations et bâtons de maréchal de Foch dans le cadre de l’exposition « Cent portraits pour un centenaire » jusqu’au 11 février 2018).

La série des portraits de soldats d’Eugène Burnand fit l’objet, dès après sa réalisation en 1922, d’un ouvrage préfacé par le maréchal Foch, Les Alliés dans la guerre des nations.

Au total, 104 tableaux sont réalisés qui représentent des soldats de 14 nations (France, Royaume-Uni, États-Unis, Italie, Belgique, Grèce, Serbie, Russie, Japon, Portugal, Monténégro, Roumanie, Pologne et Tchécoslovaquie) et de tous les grades (57 soldats, 15 sous-officiers, 16 officiers, 4 aumôniers, 4 infirmières, 4 auxiliaires coloniaux et 2 travailleurs asiatiques placés sous contrôle militaire). 99 appartiennent au musée de la Légion d’honneur, trois au musée Eugène Burnand de Moudon, et deux ont disparu.

Plus que d’une simple galerie de portraits, il s’agit d’une étude psychologique des soldats de retour du front, insistant sur la diversité des peuples engagés au sein des armées alliées. «Il s’agissait pour moi», témoigne le peintre, «d’étudier le combattant moderne au point de vue psychologique. Il s’est ajouté à ce programme du début des intentions plus amples, d’ordre ethnographique par exemple.»

Seul compte pour l’artiste le regard et les caractéristiques du visage de son modèle qu’il fait poser tout contre son chevalet dans un face à face saisissant. Il forme ainsi, selon les mots d’André Michel, un «inestimable recueil de documents vivants d’une vérité intense et poignante dans sa simplicité».

Lorsque le peintre décède, en 1921, il n’a pas eu le temps d’exécuter le portrait des généraux Foch et Castelnau qui avaient donné leur accord pour être représentés.

Marcel Burnand, l’un des fils de l’artiste, confie la série au musée de l’Armée. Elle est acquise par William Nelson Cromwell qui en fait don à la République française. À sa demande, elle sera déposée au tout jeune musée de la Légion d’honneur et exposée dans la salle contemporaine remaniée à cet effet. Les portraits seront par la suite mis en réserve de longues années. Depuis 2006, une mise en scène spécifique permet, grâce à un éclairage adapté, d’en exposer une partie en décor dans les passages encadrant la salle de la Première Guerre mondiale.

 

Le musée lance actuellement un appel à témoins pour retrouver les descendants de ces hommes qui ont combattu lors de la Première Guerre mondiale : en savoir plus