T- T+
Portraits de décorés

Valérie Rognant

C’est dans la nuit, non loin de l’aéroport de Brest où il s’apprêtait à atterrir, que l’avion CRJ-100 en provenance de Nantes avec 21 passagers s’écrase, le dimanche 22 juin 2003.
Le commandant de bord est tué sur le coup ; au même moment, l’arrière de l’appareil est en flammes. Dans un climat de panique et de frayeur indescriptible, l’hôtesse en charge des passagers parvient à les rassurer, puis très vite à organiser leur évacuation de l’appareil qui ne va pas tarder à exploser. Les passagers sont éloignés de l’avion, et l’hôtesse parvient, à l’aide de son propre téléphone portable, à alerter les autorités. Grâce à son sang-froid, tous les passagers sortent indemnes d’un accident très grave, généralement fatal. Valérie Rognant prodigue les premiers soins aux blessés. Elle signale aux secouristes parvenus sur les lieux du drame l’endroit où se trouve le corps du pilote décédé pour qu’il soit retiré des débris de l’appareil.
Le ministre des transports, Gilles de Robien, saluera deux jours plus tard le courage de la jeune femme, surnommée « l’hôtesse de Brest » par toute la presse qui s’empare de l’héroïsme et de la générosité de son acte. Valérie Rognant a été faite chevalier de la Légion d’honneur le 26 septembre 2003.

Légende de la photo:Jacques Chirac décorant Valérie Rognant © Christian Daumerie