T- T+
Portraits de décorés

Rosa Bonheur

Marie Rosalie Bonheur (1822-1899), dite Rosa Bonheur, apprend le dessin avec son père, artiste peintre, à une époque où les écoles d'art sont interdites aux filles. 

Proche du réalisme des peintres animaliers et de l'observation directe, sa croyance dans l'âme animalière se traduit dans toutes ses toiles par une extrême attention portée au regard des bêtes. Son succès précoce lui amène rapidement un public international et assez d'argent pour continuer à faire ce qu'elle aime : célébrer les animaux et décrire dans son style réaliste les travaux des champs et la vie rurale en France. Son art académique se rapproche des canons du Conservatoire, alors même que les femmes n'y étaient pas admises.

Grâce à son indépendance de caractère et à sa célébrité, elle ouvre la voie à l'émancipation des femmes. Transgressant les interdits moraux de son époque, elle a l'habileté de mener une vie à contre-courant de bien des conventions sans jamais faire scandale. En 1865, l'impératrice Eugénie la décore elle-même au rang de chevalier de la Légion d'honneur et déclare : 

« Vous voilà chevalier, je suis heureuse d'être la marraine de la première femme artiste qui reçoive cette haute distinction ». 

En 1894, sous la IIIe République, Rosa Bonheur devient la première femme promue au grade d’officier.

Légende de l'illustration :
Rosa Bonheur (1822-1899)
© Rue des Archives