T- T+
Portraits de décorés

Marc Chagall

Venu de sa Biélorussie natale, Marc Chagall s’installe dans le quartier de Montparnasse, il a 23 ans. Dans les ateliers de La Ruche, il rencontre les peintres d’avant-garde comme Delaunay ou Léger, et d’immenses poètes comme Apollinaire et Cendrars. Ensemble, ils inventent ce qui constituera l’Ecole de Paris. Mais Marc Chagall reste aux frontières des mouvements surréaliste et cubique. Sa peinture éclatante de couleurs nie les proportions et les géométries, révèle un univers flottant proche du rêve.

Il retourne en Russie en 1914, où bloqué par la guerre, il assiste à la révolution bolchévique. Sa peinture, n'évoquant pas les événements de la guerre civile, attire les foudres des révolutionnaires.

En 1923, il revient à Paris où Breton, Cendrars et l’éditeur Vollard l’accueillent. L’onirisme, avec le thème du cirque, teinte l’ensemble de son discours. En 1933, le nazisme s’abat sur l’Europe. En réponse aux autodafés de ses œuvres, considérées comme « dégénérées », Marc Chagall peint Solitude.

Contre la plaie naissante de la guerre, il peint La Crucifixion blanche. Arrêté en 1941, il fuit à New York, où il retrouve tous les exilés de l’époque : Léger, Bernanos, Breton. Après la guerre, il réalise en France ses œuvres les plus monumentales : Message biblique et le plafond de l’Opéra de Paris commandé par Malraux. L’art de Marc Chagall, hors de tout courant, subjugue par son universalité. Comme autant de reflets de croyances, ses toiles sont une invitation à la spiritualité. En 1977, Marc Chagall est élevé à la dignité de grand’croix de la Légion d’honneur.

Légende de la photo:

Marc Chagall en 1921, tiré du livre "Chagall" de Jacob Baal-Teshuva