T- T+
Portraits de décorés

Laura Flessel

Laura Flessel est une battante, comme le dit son mari : « Sur la piste, elle est tenace et ne lâche jamais le morceau. » Douze titres de championne de France (individuel ou par équipe) entre 1993 et 2005, deux titres olympiques, quatre titres mondiaux, sans compter ses nombreuses victoires en Coupe du Monde, l’escrimeuse détient un incroyable palmarès d’épéiste en individuel et par équipe. Sa touche favorite, la touche au pied, est l’une des plus difficiles à réaliser. En 1996, aux JO d’Atlanta, elle conquiert de haute lutte deux médailles d’or et devient chevalier de la Légion d’honneur. Associant technique et engagement physique total, elle gagne la réputation d’une épéiste qui bouscule ses adversaires sans jamais trembler. La joie des victoires, Laura la partage avec ses coéquipières et sa famille. Acclamée en métropole, la double médaillée des JO d’Atlanta a droit à une indescriptible fête à son retour en Guadeloupe, son île natale. Elle rejoint ainsi la sprinteuse Marie-José Pérec dans le panthéon des sportives guadeloupéennes. Mais Laura Flessel reste lucide. Disculpée en 2002 d'une accusation de dopage, Laura trouve les ressources pour se relancer dans la compétition. Une hargne qui paie, puisqu’elle décroche une troisième médaille olympique à Athènes en 2004 et deux médailles mondiales à Leipzig l’année suivante. Cette même année, elle est nommée commandeur de l’ordre national du Mérite. Laura Flessel a aussi créée une association, Ti'Colibri,  pour promouvoir l'escrime dans les milieux défavorisés.

Légende de la photo : Laura Flessel-Colovic à une conférence de presse de la Fédération française d'escrime à Paris, avant les jeux Olympiques de Londres © Marie-Lan Nguyen / Wikimedia Commons