T- T+
Portraits de décorés

Jean-François Champollion

Né dans une famille modeste, le jeune Jean-François Champollion (1790-1832) est un génie précoce lorsqu'il rejoint un des lycées récemment créés par Napoléon, à Grenoble en 1801. 

Cet enfant doué d'une mémoire et d'une intelligence hors du commun se spécialise vite dans les langues anciennes — y compris les plus rares — qu'il apprend, analyse et théorise dès son plus jeune âge. A 17 ans, Jean-François Champollion présente à Paris son essai de Description géographique de l'Egypte avant la conquête de Cambyse devant l'Académie des sciences et des arts, où il est aussitôt élu. A 20 ans, il est professeur adjoint d'université à Grenoble. Jean-François Champollion connaît toutes les langues de l'Antiquité identifiées à son époque : l'araméen, le copte, l'hébreu. Il se passionne pour la pierre de Rosette et les inscriptions inconnues qui la recouvrent : les hiéroglyphes. Il est le premier, au prix d'intenses recherches, à percer le mystère de cette écriture et à en publier une première grammaire.

Nommé par Charles X chevalier de la Légion d’honneur en 1825, il convainc le souverain d'enrichir les collections d'antiquités égyptiennes du musée du Louvre, aujourd'hui parmi les plus importantes au monde.  Il fonde la science hiéroglyphique. C'est à lui qu'on doit l'engouement du public pour cette civilisation disparue. Il meurt jeune, à 42 ans.

Légende d'illustration :
Jean-François Champollion (1790-1832), peinture sur toile
© Rue des Archives