T- T+
Actualités
Musée

Le musée accueille un nouveau tableau de Napoléon III

 « L’Empereur Napoléon III en barque rue des Cordeliers lors des inondations de Tarascon », par Louis-Simon Cabaillot Lasalle (1810-1870),  a rejoint les murs de la salle contemporaine du musée grâce à un dépôt du Centre National des Arts Plastiques.

 

Cette œuvre fut commandée par l’empereur à la suite de son voyage entrepris lors des grandes inondations survenues en 1856, et exposée au Salon de 1857. Napoléon III y apparaît en sauveur acclamé par les habitants sinistrés de Tarascon. Derrière lui, on peut reconnaître le général Fleury, assis avec la tête couverte, le général Niel, qui fixe le spectateur et le ministre Rouher, debout en grande tenue.

Le tableau permet au musée d’illustrer le principe des médailles d’honneur, un des rameurs en arborant un insigne. Créées dès l’Ancien Régime, ce type de médailles récompensait les actes de sauvetages. Elles furent suspendues à un ruban tricolore à partir de 1831 et continuent d’être attribuées aujourd’hui pour récompenser tous ceux qui risquent leur vie pour sauver celle des autres.

La notice du Salon de 1857 précisait les circonstances de la scène reproduite par Cabaillot Lasalle :

« Arrivée à quatre heures du soir à la brèche faite par les eaux au remblai du chemin de fer, station de Tarascon, Sa Majesté monta dans un bateau conduit par des rameurs. Avec elle se trouvait le Ministre des travaux publics, les généraux Niel et Fleury. Six autres embarcations suivaient le bateau impérial. Une des scènes les plus émouvantes fut celle qui eut lieu au coin de la rue des Cordeliers et de l’Hôpital : une vieille femme, dont l’exemple fut bientôt suivi bientôt par un grand nombre d’habitants faisait descendre à la portée de l’Empereur un cabas pour recueillir l’offrande que S.M. remettait, aux acclamations des personnes dont toutes les fenêtres étaient garnies, ainsi que les toits des maisons environnantes. A côté de la vieille femme se trouvait un vieillard qui, soulevant son bonnet de laine, criait : Vive l’Empereur. »