T- T+
Legion of Honor recipients: portraits

Dominique-Jean Larrey

Alors qu’il s’engage sur le pont enjambant la Bérézina, lors de la retraite de Russie, les soldats s’écartent en faisant retentir un reconnaissant « Place à monsieur Larrey !», car sur tous les fronts où il fut présent, le chirurgien fut toujours au plus près des soldats, opérant jours et nuits, parfois plus de 15 heures d’affilée. Sa dextérité et son humanité inspirent à tous un profond respect.

Lors des batailles d'Austerlitz, d'Eylau, d'Essling (où il ne peut sauver le maréchal Lannes) ou de Wagram, Larrey soigne les blessés de tous les camps. Au plus fort de l’affrontement à Waterloo (18 juin 1815), alors qu’il reconnaît Larrey soignant les blessés sur le champ de bataille, le général Wellington fait cesser les tirs en sa direction, saluant « l’honneur et la loyauté ».

Dominique-Jean Larrey contribue à la modernisation de la médecine militaire. Dès 1787, alors qu’il est chargé de la direction chirurgicale du Service de santé de l’armée, à 26 ans, il dénonce l’inadéquation des soins, le règlement imposant de ne récupérer les blessés qu’après les combats.

 En 1796, lors de la campagne d’Italie, il met en place des divisions d’ambulances volantes, réparties le long du front pour agir plus rapidement. Il améliore également les techniques d’amputation et de désarticulation et les règles d’hygiène. Il contribue ainsi à réformer l’enseignement de la médecine civile et impose la création de la Société de chirurgie et de médecine en 1803. Dominique-Jean Larrey est représenté dans le salon de la Rotonde du palais de la Légion d’honneur aux côtés de douze autres profils et trophées symbolisant l’universalité de la Légion d’honneur. Dans cette pièce, il représente la médecine et la chirurgie, tandis que Richard-Lenoir représente le commerce, Parmentier l’agriculture, Houdon la sculpture, Percier l’architecture, Malesherbes la justice, Masséna la guerre, La Pérouse la marine, Gros la peinture, Boieldieu la musique, Delavigne la poésie et Girard l’industrie. Dominique-Jean Larrey reçut en 1804 l'une des premières croix d'officier de la Légion d'honneur, il fut ensuite élevé au grade de commandeur.

Légende de la peinture:

Portrait de Dominique Jean Larrey  Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson, Musée du Louvre