T- T+
Legion of Honor recipients: portraits

Alexander Calder

Né aux Etats-Unis, Alexandre Calder est l'un des grands novateurs du XXe siècle dans le domaine des arts plastiques et de la sculpture.
À l’art de transformer les matériaux, la tôle, les boîtes de conserve, il ajoute le mouvement. Vers 1927, ses personnages de fil de fer, comme la divine danseuse Joséphine Baker, attirent toute l’avant-garde de l’époque : Jean Cocteau, Le Corbusier, Juan Miro. Sous l’influence de Mondrian, il rejoint le groupe Abstraction-Création en 1930. Là, il fait le lien entre le surréalisme, l'art abstrait et certaines des recherches modernes, qu'il anticipa de 30 ans.
Dès 1943, le Museum of Modern Art de New York organise une première rétrospective, suivie en 1946 par une exposition à Paris. Son œuvre sculptée, que Duchamp et Arp nomment « stabiles » et « mobiles-stabiles », lui vaut très vite une reconnaissance internationale. En 1958, il réalise le « mobile » du siège parisien de l'Unesco. En 1974, la ville de Chicago lui achète « Flamingo ».
En 1962, il s'installe dans son nouvel atelier du Carroi à Saché dans l’Indre. Il offre à ses amis du pays des gouaches, des mobiles, dont le plus grand trône encore sur la place de l’église.  Nourri des diverses tendances de son époque, il reste le premier à proposer avoir une « alternative radicale » à la sculpture traditionnelle. Il aura une influence importante sur des mouvements de la peinture contemporaine, l'expressionnisme abstrait et l'Action Painting.
Alexandre Calder a été fait officier de la Légion d'honneur en 1968 par Henri Happenat, ancien ambassadeur de France à Washington.

Photographie : portrait d'Alexander Calder en 1947 © Carl van Vechten